Découverte

Administration

Politique

Vie locale

Curiosités

Le Patinage sur le Doubs

Doubs gelé

Le patinage sur le Doubs est entré au patrimoine culturel immatériel suisse par l'OFC sous convention de l'UNESCO comme "Tradition vivante".

{ Site Internet }

Voir l'état actuel du Doubs : { Webcam 360° }

 

 

 

 

Père Frédéric (locomotive à vapeur)

Le Père Frédéric (locomotive à vapeur)

C'est la seule locomotive à vapeur du Régional des Brenets à porter le prénom de son donateur, celui-ci ayant souscrit à une somme de Fr. 25'000.- en actions. Cette somme correspondait à son prix d'achat et sauvait ainsi de la faillite l'entreprise de la ligne. Elle échappa à la démolition et fut placée dans cet abri en 1978.

En fonction de 1890 à 1950, elle pesait 16 tonnes pour 5,40 m de long. Elle possédait trois essieux couplés permettant de circuler sur une voie de 1 m de large. Sa charge remorquée était de 8 tonnes et sa vitesse maximale de 25 km/h. Les deux autres locomotives se prénomment "Le Doubs" et "Les Brenets". "Le Doubs" est consevée au Musée de Chaulin sur la ligne touristique du Blonay-Chamby près de Montreux; "Les Brenets" fut démolie en 1950.

La ligne franchit les montagnes par trois tunnels : Le Châtelard (300 m), Le Rayat (38 m), Les Petits Monts (720 m).

 

 

 

Tour Jürgensen

Tour Jürgensen

La tour est érigée en pleine forêt sur une colline (La Caroline) dominant le village et offre une vue magnifique aux quatre points cardinaux de l'horizon.

Cet édifice est unique en Suisse de par son style néo-romantique, témoin d'une architecture dont on était friand dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Elle offre d'autre part un point de vue exceptionnel et constitue un but de promenade qui est un incontestable atout touristique pour le village des Brenets.


La légende :

La tour aurait été construite pour permettre à son propriétaire de voir son grand amour qui se trouvait de l'autre côté de la frontière. Son voeu d'enfermer son coeur dans une urne scellée au pied de la tour confirmerait-il cette légende ?

{ Site internet }

 

 

Les Fritillaires

Les Fritillaires

Hôte des prairies humides, cette espèce est aujourd’hui une plante rare et protégée. Aux Brenets, nous pouvons en apercevoir dans la plaine des Goudebas.

Semblable à une tulipe qui aurait la tête en bas, les couleurs de sa corolle varie du rose au pourpre et sont réparties en damier. Le nom de la Fritillaire pintade (Fritillaria meleagris) tire ses origines du latin Fritillus qui signifie « cornet pour jeter les dés » en raison de la forme des fleurs et de meleagris qui signifie « pintade » car ses pétales ressemblent au plumage de la gallinacée. On la surnomme aussi œuf de vanneau  ou encore tulipe des prés, œuf de coucou… Les fleurs sont portées par une hampe grêle, mesurant 15 à 50 cm. Les feuilles sont longues et fines, et de couleur gris-vert. On la rencontre dans les lieux humides (prairies humides, en lisière de sous-bois frais et pâturages détrempés) lors de sa floraison de mars à mai.

 { Site internet }

 

 

Le Musée d'horlogerie du Locle

Le Musée d'horlogerie du Locle

Le Musée d’horlogerie du Locle est issu d’un cabinet de curiosités fondé en 1849 qui visait à regrouper toutes les curiosités historiques, archéologiques, naturelles et mécaniques de la région. En 1858, ses collections sont transférées dans la nouvelle Ecole industrielle - précurseur de notre actuel enseignement secondaire. Le musée se compose alors d’une honorable collection d’histoire naturelle, comprenant mammifères, oiseaux, reptiles, insectes... Il présente également des antiquités, armes et monnaies. L’horlogerie, paradoxalement, se fait rare.

En 1868, l’Ecole d’horlogerie du Locle ouvre ses portes. Dans un but pédagogique, les collections horlogères du Musée du Locle sont déplacées dans la nouvelle école.

Dès lors, le Musée d’horlogerie suit les pérégrinations de l’Ecole. Après une période d’essor due à la transformation, en 1902, de l’Ecole d’horlogerie en Technicum, il retombe dans un oubli poussiéreux. Au début de la seconde guerre mondiale, les collections sont, par précaution, mises dans des caisses. A l’issue du conflit, le manque de place ne permet pas de réinstaller les objets.

C’est seulement en 1951, qu’un petit groupe se forme dans le but de reconstituer le Musée, mais il doit faire face à un problème crucial : trouver un lieu adéquat pour exposer les collections. L’acquisition du Château des Monts répond donc à tous les espoirs. Dans ce cadre magnifique, le Musée d’Horlogerie pourra revivre et s’enrichir de nouvelles collections.

L’inauguration du Musée d'Horlogerie du Locle a lieu le 23 mai 1959 au Château des Monts.

{ Site internet }

 

 

Les Moulins souterrains du Col-des-Roches

Les Moulins souterrains du Col-des-Roches

Construits au fond de la vallée du Locle, les Moulins souterrains du Col-des-Roches constituent une curiosité unique en Europe.

Au XVIIe siècle, la partie ouest de la vallée du Locle, entre le village et le Col-des-Roches, est envahie par un vaste marécage. C’est pourquoi, en 1652, on demande la permission d’utiliser la dernière portion du cours du Bied, là où toutes ses eaux rassemblées s’engouffrent dans l’emposieu du Col-des-Roches, formant une chute de plusieurs mètres. L'accord ayant été donné, trois meuniers se mettent à l’ouvrage, aménagent l’emposieu et y installent deux rouages actionnant un moulin et une rebatte.

Une grotte est ensuite creusée, afin d’y installer cinq roues hydrauliques, qui actionneront moulins, scierie, rebatte et huilière. Des canaux souterrains conduisent l’eau de rouages en rouages, tandis que des galeries et des escaliers permettent l’entretien de la machinerie. Cela devient une véritable usine souterraine.

Le tout sera amélioré au fil des années, puis transformé en abattoir-frontière en 1898 ce qui entrainera une grave pollution et sa fermeture, en 1966.

En 1973, un groupe d’amateurs d’histoire et de spéléologie entreprend le nettoyage de la grotte et la restauration partielle des moulins. Après quinze ans de labeur courageux et bénévole, la Confrérie des Meuniers du Col-des-Roches peut rendre au public les Moulins souterrains du Col-des-Roches. Le site suscite immédiatement l'intérêt du public et parvient à une moyenne annuelle de 35'000 visiteurs. Diverses améliorations lui sont apportées au cours des années, telle l'ouverture d'une exposition permanente en 2001, puis la création d'un espace pour les expositions temporaires.

{ Site internet }

 

 

 

Horaires secrétariat

Lundi et mardi
9h00 à 11h00 - 16h00 à 17h30

Mercredi
7h30 à 12h00 - 13h45 à 17h30

Jeudi
Fermé - Fermé

Vendredi
9h00 à 11h00 - Fermé

Tous les 1er lundi du mois, le guichet est ouvert jusqu'à 18h00.

 

 

Contact

Administration communale
Rue du Lac 22
Case postale 5
2416 Les Brenets

Tél.  +41 32 886 50 50
Fax  +41 32 886 50 40

commune.lesbrenets(at)ne(dot)ch

CCP 23-970-9